Oursins : Pêche, situation, enjeux et perspectives

La gestion de la pêche à l’oursin - une mesure temporelle essentielle

Face au déclin des populations d’oursins le long du littoral méditerranéen, la fermeture de la pêche aux oursins en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur est une stratégie de gestion temporelle indispensable pour favoriser la période de reproduction de l’espèce, et ainsi assurer la pérennité des activités de pêche.

Le 15 avril marque la fermeture annuelle de la pêche à l’oursin pour tous les pêcheurs (professionnels et récréatifs) de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur ! En tant qu’espèce marine déterminante pour la santé du milieu marin et ressource à forte valeur économique, l’oursin doit être préservé. Cette mesure temporelle de fermeture de la pêche durant la période de reproduction de l’oursin permet d’offrir une période de repos biologique à l’espèce. Cette mesure de gestion élaborée au niveau régional est une voie pertinente pour une réelle transformation de la gestion des ressources marines et des activités de pêche vers la durabilité.

 

L’oursin, une espèce essentielle pour la santé du milieu marin

  • Caractéristiques écologiques et biologiques de l’oursin

De son nom scientifique Paracentrotus lividus, l’oursin violet est un échinoderme de la famille des Parechinidae. C’est l’espèce d’oursin la plus courante en Méditerranée. Son milieu de vie varie entre les fonds rocheux, les herbiers de posidonie (plante aquatique de Méditerranée) et les faibles profondeurs (à l’étage médiolittoral inférieur entre 0 m et 10 m) (Lawrence, 2013 ; Lecchini et al., 2002) où il peut retrouver des algues, dominantes de son régime alimentaire.

En France, deux périodes de reproduction ont été observées : entre mai et juin puis en fin d’été, la période pouvant s’étendre jusqu’en novembre (Guettaf, 1948 ; Allain, 1972). Cette reproduction suit un cycle annuel de dépendance saisonnière sur toute son aire de répartition. En France, l’espèce subsiste faiblement dans la Manche et la mer du Nord, ainsi que sur le littoral atlantique. Cependant, les populations d’oursins semblent se maintenir sur les côtes méditerranéennes (Fernandez et al., 1998 ; Giongozza et al., 2013).

  • Le rôle écologique de l’oursin pour le milieu marin

En mer Méditerranée, l’oursin est un des principaux invertébrés herbivores benthiques (qui vit au fond des eaux). Il joue un rôle écologique de grande importance pour le milieu marin. Par leur action de broutage, les oursins permettent la régulation des communautés algales (Couvray, 2014; Verlaque, 1984). Dans le réseau trophique (ensemble de chaînes alimentaires), ils occupent une place importante car ils servent de nourriture à certaines espèces démersales (qui vivent au-dessus du fond des eaux) comme les sars et les daurades. Ces différents services rendus par l’échinoderme expliquent pourquoi il est aujourd’hui classé dans la liste des espèces marines déterminantes des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) d’Aquitaine, de Corse et d’Occitanie (site de l’INPN, Paracentrotus lividus, 2020).

  • Capacité de résilience de l’oursin au réchauffement climatique

L’oursin peut s’adapter à de nombreuses variations environnementales telles que la température, les courants marins, la salinité, la quantité et qualité de nourriture (Couvray, 2014 ; De Casamajor, 2014). Ces différentes caractéristiques biologiques et écologiques spécifiques à l’oursin en font une espèce essentielle pour assurer la santé des écosystèmes marins et côtiers de Méditerranée.

  • L’oursin : une espèce invasive dans les régions aux eaux froides

La prolifération des populations d’oursins violets sur le littoral peut cependant être néfaste pour l’environnement marin, notamment dans certaines régions tempérées et froides. Prenons le cas des côtes norvégiennes, japonaises ou encore californiennes où la multiplication des oursins s’est faite au détriment des grandes forêts de kelp (algue brune marine) altérant ainsi la biodiversité marine (Roger-Benett, 2019).

Malgré la capacité d’adaptation de l’oursin au changement et à la diminution significative des efforts de pêche ces dernières décennies en Méditerranée (FAO, 2020), les diverses pressions exercées sur l’espèce conduisent à une diminution des populations d’oursins dans plusieurs endroits bordant l’arc méditerranéen (Couvray et al., 2018 ; Hereu et al., 2019).

 

Face aux pressions, comment l’oursin est-il exploité et géré en région Sud PACA ? 

Très prisé pour la qualité de sa chair, l’oursin est devenu une espèce surpêchée et braconnée dans de nombreux pays du monde au cours du XXème siècle. En plus de l’impact de ces activités humaines sur la ressource, le réchauffement de la température des eaux peut perturber la reproduction des oursins, modifier la densité de leur population et ainsi créer des dérèglements sur l’ensemble de l’écosystème infralittoral (Couvray, 2014). Depuis les accords liés à la convention de Berne (1979) et à la convention de Barcelone (1976), l’exploitation de l’oursin est désormais encadrée pour les pêcheurs professionnels comme pour les amateurs en Méditerranée, en Atlantique et en Bretagne. Les mesures de gestion de l’oursin varient selon les régions et le type de pêche.

  • Types de pêche à l’oursin en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur

En région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, la pêche professionnelle à l’oursin est une pêche pratiquée par les pêcheurs récréatifs et les pêcheurs artisans aux petits métiers. La pêche professionnelle à l’oursin se caractérise par son degré de polyvalence, « au sens où les pêcheurs pratiquent plusieurs métiers (filets, palangres, etc.) en fonction des saisons et des ressources halieutiques disponibles » (CDPMEM Var, 2020). Les techniques de pêche sous-marine des oursins sont différentes selon les départements. Dans le Var et les Alpes-Maritimes, la pêche se pratique en apnée ce qui n’est pas le cas dans les Bouches-du-Rhône où les pêcheurs professionnels ramassent les oursins à l’aide de scaphandre autonome. Dans ce département, des autorisations régionales de pêche (ARP) à l’oursin ont été mises en place par le CRPMEM PACA. Pour la saison de pêche 2020/2021, ces ARP sont au nombre de 20 pour les pêcheurs professionnels (DIRM Méditerranée, 2021). Les pêcheurs professionnels exploitant l’oursin doivent obligatoirement être titulaire d’un agrément sanitaire.

  • Les règlementations pour la pêche (professionnelle et récréative) à l’oursin en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur

Les règlementations de la pêche aux oursins en Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur imposent différentes mesures de limitation des activités de pêche, en fonction du calendrier, de la taille minimale de capture et de la quantité pêchée (quotas) selon le type de pêche dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Var et des Alpes-Maritimes.

  • Quelles sont les dates d’ouverture de la pêche à l‘oursin ?

Tous les ans depuis 2008, la pêche aux oursins, professionnelle et récréative, est autorisée du 1er novembre au 15 avril (arrêté du 27 octobre 2008 modifié le 14 janvier 2015) en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Occitanie. En Corse, elle est ouverte du 1er décembre au 31 mars (article 5 du décret du 1er décembre 1960 modifié).

À l’initiative des pêcheurs professionnels de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, des mesures plus soutenables d’exploitation de l’oursin, telles que la réduction de la saison de pêche du 1er décembre au 31 mars, ont été proposées afin d’offrir une période de repos biologique à l’espèce tout en améliorant le rendement économique des pêcheurs.

Les Pays de la Loire ont également opté pour réduire la période de pêche des oursins. Elle est autorisée du 15 octobre au 15 avril inclus (décret du 2 juin 2017).

  • Quelle est la taille limite de capture de l’oursin ?

La taille minimale de capture des oursins en mer est différente selon les façades et les milieux (étang ou mer).

Méditerranée :

Atlantique :

  • 4 cm (hors piquants) pour les pêcheurs récréatifs et professionnels

Bretagne :

  • 5,5 cm (hors piquants) pour tout type de pêche. 

 

  • Quelle quantité d’oursins peut-on pêcher ? 

En région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, la pêche de loisir est soumise à des quantités maximales de capture (quotas de pêche), contrairement aux pêcheurs professionnels. En pêche sous-marine (apnée seulement) ou en pêche à pied, les captures sont limitées à 4 douzaines d’oursins par pêcheur et par jour. Pour la pêche pratiquée à partir d’un bateau de plaisance, les captures sont limitées à 4 douzaines d’oursins par pêcheur et par jour, avec un maximum de 10 douzaines d’oursins par navire et par jour au-delà de deux personnes embarquées (arrêté du 27 octobre 2008). Dans les Pays de la Loire, les pêcheurs à pied de loisir sont limités à 12 pièces d’oursin (décret du 2 juin 2017) soit une douzaine par pêcheur.

 

Préserver l’oursin pour pérenniser sa pêche

La négociation d’un compromis entre préservation des ressources marines et pérennisation des activités de pêche artisanale et de loisir est devenue un impératif de gestion. Limiter les efforts de pêche pendant la période de reproduction de l’espèce au niveau régional est une mesure de gestion efficace pour une gestion responsable des populations d’oursins. 

En Méditerranée, de nouvelles perspectives de gestion de l’oursin sont en train de se mettre en place pour une gestion plus durable de la ressource : amélioration de la qualité du suivi scientifique des oursins, meilleure implication des pêcheurs dans la gestion de l’espèce, projet de ferme d’affinage d’oursins à Marseille (Le Marin, 11/02/2021), projet de ré-encensement et d’aquaculture (Les oursins du soleil par l’Institut Océanographie Paul Ricard) ou encore la réduction des efforts de pêche selon les périodes de l’année.

  • Quel avenir pour la pêche aux oursins ?

La mise en perspective de la gestion actuelle de l’oursin en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur avec d’autres systèmes de gestion de l’espèce ouvre sur de nouvelles perspectives. Fondée sur le principe de précaution, la gestion de l’oursin de Galice (Espagne) fait état de mesures de gestion locales (rôle des prud’homies de pêche), adaptatives (quotas, prévisions de captures, vente flexible, système de rotation géographique) et participatives (implication des pêcheurs dans les décisions de gestion). Ce réel plan de gestion de l’oursin apporte des éléments de réflexion pour transformer les pêcheries d’oursins vers plus de durabilité. Au regard de la dynamique écologique de l’espèce, une gestion locale de l’espèce semble plus pertinente.

 

BIBLIOGRAPHIE :

Allain J. Y. 1972. Structure des populations de Paracentrotus lividus (Lamarck) soumises à la pêche sur la côte Nord de Bretagne. Institut des pêches maritimes, 39 : 171- 209.

Article 5 du décret du 1er décembre 1960 modifié, disponible ici.

Arrêté du 27 octobre 2008 fixant les dates d’interdiction de pêche des oursins dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Var et des Alpes-Maritimes, disponible ici.

Arrêté du 26 octobre 2012 déterminant la taille minimale ou le poids minimal de capture des poissons et autres organismes marins (pour une espèce donnée ou pour une zone géographique donnée) effectuée dans le cadre de la pêche maritime de loisir, disponible ici.

Arrêté du 28 janvier 2013 déterminant la taille minimale ou le poids minimal de capture et de débarquement des poissons et autres organismes marins pour la pêche professionelle, disponible ici.

Arrêté du 17 mars 2015 portant sur la règlementation de la pêche aux oursins (Paracentrotus lividus) dans les eaux du Parc naturel marin du golfe du Lion, disponible ici.

Arrêté du 2 juin 2017 règlementant l’exercice de la pêche maritime de loisir pratiquée à pied en région Pays de la Loire pour les coquillages, les échinodermes et les vers marins, disponible ici.

CDPMEM Var. 02/11/2020. La pêche aux oursins est autorisée du 1er novembre 2020 au 15 avril 2021 en Région Provence Alpes Côtes d’Azur. Une pratique très règlementée pour permettre aux échinodermes de se reproduire. [Communiqué de presse ici].

Couvray S. 2014. Étude de la dynamique de populations d’oursins comestibles Paracentrotus lividus (Lamarck, 1816) en zone pêchée et anthropisée. Évaluation de l’efficacité et de l’impact d’opérations de lâchers de juvéniles pour le repeuplement. Biologie animale. Université de Toulon : 201

Couvray S., Miard T., BonnefontJ.-L. 2018. Suivi des populations d'oursins comestibles Paracentrotus lividus dans l'aire toulonnaise – Campagnes de 2017. Communauté d'Agglomération Toulon Provence Méditerranée – Institut océanographique Paul Ricard : 24

De Casamajor M-N., Mahias J, Bru N., Caill-Milly N. 2014. Analyse des ressources et des caractéristiques individuelles du stock d’oursin Paracentrotus lividus (Lamarck, 1816) du territoire 64. Direction du Centre de Nantes/Département Ressources Biologiques et Environnement. IFREMER, RBE, HGS, LRHA : 63

DIRM Méditerranée. 2021. Liste des titulaires de l’autorisation régionale de pêche ARP oursins 2020/2021, disponible ici.

FAO. 2020. The State of Mediterranean and Black Sea Fisheries 2020.  General Fisheries Commission for the Mediterranean. Rome : 172

Fernandez C., Caltagirone A. 1998. Comportement alimentaire de Paracentrotus lividus (echinodermata: echinoidea) en milieu lagunaire. Rapport de la Commission Internationale de la Mer Méditerranée, 352 : 538-539

Gianguzza P., Bonaviri C., Prato E., Fanelli G., Chiantore M., Privitera D., Luzzu F., Agnetta D. 2013. Hydrodynamism and its influence on the reproductive condition of the edible sea urchin Paracentrotus lividus. Marine Environmental Research, 85 : 29-33

Guettaf M. 1992. Contribution à la connaissance de l’indice gonatique de l’oursin comestible Pracentrotus lividus en Méditerranée Nord-Occidental. Vie milieu, 45 : 129-137

Hereu B., Casals D., Ortega J., Rovira G. 2019. Suivi des populations d’échinodermes au parc national de Port-Cros. Département de Biologie Evolutive, Ecologie et Sciences Environnementales, Université de Barcelone : 48

Lawrence J.  M.  2001. Edible Sea Urchins: Biology and Ecology. Department of biology,,University of South Florida, Elsevier : 432

Lawrence J.M. 2013. Sea Urchins: Biology and Ecology. 3rd edition, Developments and Fisheries Science, 38 : 297-319

Le Marin 11/02/2021. Le programme Bluephasma soutient un projet de ferme d’affinage d’oursins en Paca : 22, disponible ici.

Lecchini D., Lenfant P., Planes S. 2002. Variation in abundance and population dynamics of the sea-urchin Paracentrotus lividus on the catalan coast (North-western Mediterranean sea) in relation to habitat and marine reserve. Vie et Milieu, 52 (2-3) : 111-118

Rogers-Bennett, Let C.A. Catton. 2019. Marine heat wave and multiple stressors tip bull kelp forest to sea urchin barrens. Scientific Reports 9, disponible ici.

Site de l’INPN, 2020. Paracentrotus lividus. Muséum national d’Histoire naturelle [Ed]. 2003-2020. Inventaire National du Patrimoine Naturel, Site web : https://inpn.mnhn.fr. Le 21 septembre 2020. Dernière date de visite : 25/11/2020, disponible ici.

Verlaque, M. 1984. Biologie des juvéniles de l’oursin herbivore Paracentrotus lividus (Lamarck) : sélectivité du broutage et impact de l’espèce sur les communautés algales de substrat rocheux en Corse (Méditerranée, France). Botanica Marina, 27: 401-424

 

Rédaction : C. Zeltner