A la découverte de la pêche artisanale aux petits métiers

Une expérience de terrain pour comprendre le quotidien des pêcheurs professionnels partenaires de Planète Mer

Réveil aux aurores pour une partie de l’équipe de Planète Mer. Jeudi 22/07/2021, 3h10 arrivée au port de Saint-Mandrier-sur-Mer où nous attend Thierry, pêcheur professionnel depuis une vingtaine d’années et premier Prud’homme de la Prud’homie de pêche de Saint-Mandrier. Thierry nous accueille sur le Santa Maria, navire en bois armé à la pêche construit en 1970, mesurant 10 mètres de long et pesant près de 10 tonnes.

Pour Planète Mer, l’objectif de cette journée est double : 1) tester la faisabilité du protocole de collecte de données sur le rouget de roche (développé dans le cadre de PELA-Méd afin d’évaluer l’état des populations de cette espèce) et sa compatibilité avec la réalité de terrain et 2) partager le quotidien d’un pêcheur professionnel engagé et actif depuis les débuts dans le programme PELA-Méd.

Après le brief des consignes de sécurité nous larguons les amarres sous une belle lune rousse, en direction de la rade de Toulon pour caler un filet à rougets de 1300 mètres de long à des profondeurs allant de 18 à 22 mètres. Avec ce filet, Thierry cible, comme son nom l’indique, le rouget barbet de roche (Mullus surmuletus).

Une fois le filet calé, direction le large pour relever le filet à langoustes calé la veille par Thierry. Cette fois se sont 1000 mètres de filets, calés à plus de 100 mètres de profondeur, à relever. Les langoustes ne seront pas au rendez-vous. Thierry remontera principalement des raies et des chapons.

En route vers le filet à rougets calés quelques heures auparavant, nous avons la chance de croiser le chemin d’un groupe de dauphins. Après 4h30 de pêche, Thierry entreprend la remontée du filet à l’aide de roues hydrauliques, appelées aussi vire-filet. La remontée, tout comme la calée, est tout un art et c’est l’expérience du pêcheur qui fait la qualité du poisson remonté. Au fur et à mesure que le filet remonte, Thierry démaille les poissons : rougets barbets de roche, rougets barbets « blancs », uranoscopes, rascasses, chapons, gerles, etc. et les met aussitôt dans de la glace pour conserver la qualité du poisson.

Midi, nous arrivons au port, après près de 9h en mer. Nous débarquons la pêche du jour à la Halle aux pêcheurs de Saint-Mandrier et procédons l’échantillonnage des rougets barbets de roche : taille, poids, zone de pêche, technique de pêche, etc. tout est consigné. Nous faisons également la connaissance de Martine, épouse de Thierry, qui s’occupe de vendre les poissons de Thierry.

Si vous aussi vous souhaitez découvrir le quotidien des pêcheurs artisans du Var n’hésitez pas à contacter Thierry Raut. En effet, il pratique le Pescatourisme et peut donc vous accueillir afin de vous transmettre tout son savoir sur le métier mais aussi sur les espèces et sur la rade de Toulon. Plus d’informations ICI. Sinon, retrouver les poissons de la pêche de Thierry à la Halle aux pêcheurs de Saint-Mandrier.