CPIE des Iles de Lérins & Pays d’Azur

BioLit - Crédit photo : CPIE Iles de Lérins
Un relais BioLit à l'honneur : le CPIE des Iles de Lérins

Sans structures pour relayer le programme sur le terrain, BioLit n’existerait pas.
Aujourd’hui, ce sont plus de 50 structures, associations d’éducation à l’environnement, associations sportives ou centres de loisirs qui proposent à leurs membres de découvrir la biodiversité marine de leur littoral en participant à BioLit. De Boulogne-sur-Mer à La Rochelle, de Sète à Menton, en passant par la Corse et par la Guadeloupe, le réseau s’organise !

Récemment entré dans la communauté des relais BioLit pour la façade méditerranéenne, le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) des Iles de Lérins & Pays d’Azur teste BioLit sur son territoire. « Notre vocation c’est l’éducation et la sensibilisation de tous les publics à l’environnement, alors BioLit vient s’inscrire assez naturellement en complémentarité de nos missions, explique Florence Trunz, éducatrice à l’environnement et au développement durable et référente technique du « Méditerranoscope », Point Info Biodiversité des Iles de Lérins. La particularité de BioLit c’est d’être un programme de sciences participatives, où l’observateur devient acteur dans la connaissance de la biodiversité marine qui l’entoure, et, en même temps, devient lui-même relais des connaissances de son territoire ! C’est une plus-value dans nos missions ».

En plus de proposer des activités de découverte de l’environnement encadrées par une équipe d’éducateurs spécialisés, le CPIE des Iles de Lérins & Pays d’Azur anime une salle muséale à la fois ensemble d’aquariums méditerranéens, espaces d’exposition et ateliers pédagogiques : le « Méditerranoscope » qui reçoit chaque année quelques 25 000 visiteurs. « Nous organisons des sorties découvertes pour nos publics dans lesquelles nous intégrons aussi souvent que possible BioLit. Nous accueillons tous les niveaux scolaires de la maternelle aux lycéens, des étudiants, des centres de loisirs, des familles du territoire, mais aussi des vacanciers. En plus de ces sorties, on peut dire qu’en 2015, ce sont environ 2 400 visiteurs du Méditerranoscope qui ont été sensibilisés et informés sur BioLit », tient à nous préciser Florence.

« La prochaine évolution de notre collaboration avec Planète Mer, nous la voyons dans la création et l'homogénéisation d’un protocole de terrain entre structures relais comme une « fiche terrain de suivi » plus scientifique, qui permette plus de rigueur  dans les observations, et d’impliquer davantage l’observateur dans une démarche scientifique ». Et comme pour ne pas oublier que BioLit c’est aussi un réseau de femmes et d’hommes passionnés de nature, Florence suggère en aparté « et si on se retrouvait à l’occasion d’une journée de mise en commun, avec toutes les assos participantes, pour partager nos expériences et nos outils ? »… une idée à méditer !