Apprendre à connaître et être vigilant sur l'estran

Florian Charvolin, sociologue qui accompagne la construction de BioLit - © Crédit photo : Zaccharie Charvolin
Des sociologues à la rencontre des BioLitiens et de leur univers

La connaissance du profil des participants dans les programmes de sciences citoyennes est relativement faible en France. On peut dire que la composition du public des BioLitiens (sexe, âge, profession, etc.), corrobore les enquêtes sur l'inégale appréciation de la qualité de la vie dans la population française, avec une prime pour les diplômés. Mais ce résultat méritait d'être affiné par une approche moins statistique sur les motivations individuelles des participants à BioLit.

Une équipe lyonnaise d'étudiants en Master 2 "Sociologie Appliquée au Développement Local" et de chercheurs en sociologie du "Centre Max Weber" travaille depuis 2014 avec Planète Mer. S'appuyant sur des enquêtes par questionnaire, des entretiens et des enregistrements de sortie nature, elle constate qu'il existe des profils bien plus hétérogènes parmi les participants, que la statistique ne le montre. Le chemin personnel qui a amené les participants à s'investir dans une sortie BioLit dénote des cas allant de l'amateur acharné jusqu'au plaisancier en dilettante.

Aller sur l'estran, s'impliquer dans un loisir sérieux, autour de l'application d'un protocole, relèvent d'une discipline qui tient à la fois à un intérêt pour le savoir et à une éthique de vie, un savoir et un savoir-être.

Deux pistes sont travaillées à l'heure actuelle : d'abord, on aborde les modalités de l'engagement des participants dans un univers de sens plus affûtés et orientés vers le développement personnel. L'utilisation de la vidéo pour filmer une sortie nature nous renseigne sur les savoir-faire acquis ou améliorés en sortie et comment ils peuvent être incorporés au quotidien et aux projets des personnes.

Ensuite, on constate le rôle majeur des correspondants de Planète Mer (offices du tourisme, CPIE, etc.) pour assurer une approche cohérente du public de BioLit, souvent accroché et fidélisé par des structures intermédiaires proches d'eux. BioLit est une activité qui prend place dans un territoire et les organisations intermédiaires l'inscrivent dans des réseaux de pratiques déjà existantes.