Programmes déjà réalisés

LES PROGRAMMES DÉJÀ RÉALISÉS PAR PLANÈTE MER SONT TOUS DES PROJETS CONCRETS, QUI ONT PERMIS, A LEUR ÉCHELLE, D’AMÉLIORER LA CONNAISSANCE, DE PRÉSERVER OU DE RESTAURER LE MILIEU POUR FAIRE DE CHACUN LE MEILLEUR ALLIÉ DES OCÉANS.

Le programme Médiomed

Répondre à de forts enjeux européens

Depuis plusieurs années, l’Union Européenne soutient une politique de protection et de gestion durable du milieu marin, avec la mise en place de plusieurs directives que les Etats Membres doivent respecter. En ce sens, la directive Habitat, Faune, Flore (DHFF, 1992) et la Directive cadre pour la Stratégie sur le milieu marin (DCSMM, 2008) imposent aux Etats membres de réaliser des suivis scientifiques afin d’évaluer l’état de santé du milieu littoral et marin.

Planète Mer a animé le projet

Pour répondre à cette demande, l’Agence des aires marines protégées, établissement public sous tutelle du Ministère de l’Environnement, du Développement Durable et de l’Ecologie (MEDDE), initie le projet Médiomed, avec pour objectif à long terme de mettre à la disposition de tous les gestionnaires un seul et même outil de suivi de ces milieux.  

L’association a réalisé pour cela un état des lieux, identifié les difficultés scientifiques et techniques, consulté les experts scientifiques et fait appel à l’expérience de terrain des gestionnaires d’espaces protégés.

Définition du médiolittoral méditerranéen

Le littoral correspond à la rencontre de la Terre et de la Mer. Lorsqu’on s’intéresse plus précisément à cette zone de rencontre, on y trouve ce qu’on appelle “le médiolittoral”, que les biologistes définissent comme “la zone battue normalement par les vagues, soumise aux variations du niveau de la mer dues aux vents et à la pression atmosphérique” et précisent que “les organismes qui vivent sur le médiolittoral ont besoin d’être immergés et émergés”.

Suivre l’évolution de la faune et la flore pour mieux gérer localement

Cette zone est particulièrement impactée par les activités humaines qui entraînent certaines pressions ou menaces (l’artificialisation du littoral, le piétinement, la présence de pollutions par hydrocarbures, les nettoyages mécaniques des plages, ou encore les opérations de ré-ensablement des plages). Mais le changement climatique participe également à modifier les écosystèmes médiolittoraux avec la montée du niveau de la mer, ou la modification des conditions météorologiques. Il est à ce jour impossible de prédire l’évolution de la faune et flore du littoral, mais il est nécessaire aujourd’hui de suivre son évolution, notamment pour donner la possibilité d’intervenir localement sur certaines pressions dont l’intensité ne serait plus supportable pour la bonne santé de ces écosystèmes.

Structures scientifiques consultées

  • Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE)
  • Mediterranean Institut of Oceanography (MIO)
  • Laboratoire d’Ecogéochimie des Environnements Benthiques (LECOB) – Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer
  • Laboratoire Ecosystèmes COtiers Marins Et Réponses aux Stress (ECOMERS)
  • Ifremer Toulon

En savoir plus sur nos projets en cours: Nos actions

La pêcherie de langoustine du golfe de Gascogne

Tester de nouveaux dispositifs pour limiter la mortalité

En 2009, Planète Mer et l’AGLIA (Association du Grand Littoral Atlantique) ont signé un accord de partenariat pour 3 ans, dans la droite continuité du programme Sélectivité et Pêche Durable (SPD) mené par la pêcherie de langoustine du golfe de Gascogne.

Un des objectifs de ce partenariat a consisté à tester de nouveaux dispositifs de retour à la mer grâce à l’installation de tables de tri et de goulottes de rejet à bord des navires. Sans être une solution miracle à l’impact des chaluts, ce dispositif avait pour simple intention de « limiter » la mortalité des espèces qui pouvaient encore survivre après avoir été ramenées à bord.

Etudier les alternatives au chalut de fond

Ce partenariat a aussi permis à l’AGLIA de réaliser une première étude sur les connaissances concernant les méthodes alternatives de pêche à la langoustine au chalut de fond, telles que les casiers. Cette étude mériterait aujourd’hui d’être reprise, approfondie et confrontée à la lumière d’autres savoirs et autres travaux du même genre, dans d’autres pays.

Planète Mer et la pêche professionnelle

Ce partenariat n’a pu être prolongé mais il reste tout à fait cohérent avec notre philosophie et notre intérêt pour une pêcherie dynamique et en recherche d’amélioration permanente.

Les méthodes de pêche, dont on sait qu’elles impactent le milieu, peuvent être améliorées. C’est la démarche que nous privilégions : aider les acteurs de terrain à trouver des solutions et à les mettre en place.

En savoir plus sur notre axe Pêcheurs d’Avenir : Nos actions

Le programme Mr.Goodfish

Agir sur la ressource en choisissant son poisson

Convaincus que chacun peut avoir une incidence par ses simples choix de consommation, nous avons participé à l’élaboration d’un programme visant à aider les consommateurs de produits de la mer à faire des choix éclairés dans leurs achats. Ce programme, intitulé "Mr.Goodfish ", lancé le 18 mars 2010 en France, a été initié et est piloté par Nausicaà, en partenariat avec l'aquarium de Gênes (Italie) et celui de la Corogne (Espagne), sous l'égide du Réseau Océan Mondial.

Promouvoir une démarche positive

Le principe retenu est simple, une seule et unique liste de produits durables, pas de "black list" de produits à éviter. Actualisée tous les trimestres - pour coller au mieux à l'état de santé et à la saisonnalité des ressources - cette liste est mise à disposition du grand public pour permettre à chacun de faire un choix éclairé en repérant le logo : Mr.Goodfish.

Après avoir participé à son élaboration, Planète Mer en a été conseiller scientifique jusqu’à la fin de la première année de lancement de ce programme qui ne cesse de se développer et est inscrit au menu de nombreux restaurateurs.

En savoir plus sur nos projets en cours : Nos actions

Le programme Mangroves Forever

Pour réagir à la forte régression des mangroves

Depuis 30 ans, plus de 20 % de la superficie totale des mangroves ont disparu dans le monde (FAO, 2008). La dégradation des espaces côtiers (mangroves, récifs coralliens et herbiers) en Asie du Sud-Est a motivé le développement par Planète Mer du Programme Mangroves Forever. La mise en œuvre des projets, basée sur la connaissance, l’expérience et l’échange local, a cherché à rétablir par et pour les populations, l’harmonie entre l’Homme et son environnement.

Enjeux écologique, économique, social et plus encore …

Planète Mer a soutenu, à partir d’avril 2010 jusqu’en 2012 un projet communautaire de gestion de 660 hectares de mangroves, dont le reboisement partiel de 450 hectares a été réalisé par 5 villages dans la communauté de Paklog au Nord-Est de la Province de Phuket. 

Ces opérations de restauration ont apporté de multiples bénéfices : à la biodiversité qui retrouve un lieu de vie, aux populations locales qui peuvent y redévelopper la pêche, la cueillette, le tourisme, et à la protection des populations contre les tempêtes tropicales et les tsunamis.

Nous n’avons pour l’instant pas réengagé de projets de ce genre mais nous avons toujours l’objectif de le faire quand les conditions, économiques en particulier, nous le permettront.

En savoir plus sur nos projets en cours : Nos actions